La création des personnages

Voilà un des moments de l’écriture que j’apprécie particulièrement.

Imaginez que vous êtes devant un canevas vide, une toile blanche.

Et tout à coup, un monde se crée devant vos yeux, des gens naissent, se développent, acquièrent un nom, des attributs physiques, une personnalité qui leur est propre. Mais bien sûr il n’y a rien là-dedans de réellement rapide. Ni de magique.

Il faut prendre le temps d’apprivoiser son personnage.

De le connaître. De le décrire.

D’où vient-il ? Quelle est son histoire personnelle et familiale ? Comment est-il sur le plan physique ? Quelle est sa personnalité ? Est-il en conflit avec d’autres ? Avec lui-même et ses propres valeurs ?

Les avantages d’une fiche de personnage

Certains écrivains affirment que concevoir leurs personnages à l’avance nuit à leur créativité. Ils préféreront les voir évoluer, au fur et à mesure, devant leurs yeux.

D’autres, dont je fais partie, soutiennent que connaître ses personnages avant de les faire intervenir dans l’histoire libère au contraire leur inventivité, leurs idées. L’écrivain peut ainsi se concentrer sur l’écriture elle-même.

Car bien camper ses personnages permet entre autres :

  • D’empêcher certaines incohérences qui pourraient se glisser dans le récit : Charlotte qui me lance un regard sévère de ses yeux noirs comme le charbon à la page 2, yeux qui deviennent bleus comme l’acier à la page 120 ;
  • D’écrire des dialogues vivants ;
  • D’anticiper ce que le personnage va dire, ce qu’il va penser, comment il va agir ;
  • D’éviter qu’il se comporte d’une manière contraire à sa nature ;
  • De bien définir les interactions entre les personnages.

Quel type de fiche de personnage utiliser ?

On peut trouver gratuitement sur internet des fiches très simples ou ultra sophistiquées, de toutes sortes, et pour tous les goûts.

Chacun peut donc choisir la formule qui lui convient le mieux.

Cependant, je crois qu’il est nécessaire de conserver une certaine souplesse. Notre personnage ne doit pas être « figé », tellement bien dépeint, dans tous les détails, qu’il en devient trop parfait, presque robotique. Ce type de description, trop précise et trop complexe nuira à la spontanéité de l’écriture.

Pour ma part, j’utilise en général ces principaux éléments :

  • Rôle dans l’histoire ;
  • Caractéristiques physiques ;
  • Caractéristiques psychologiques ;
  • D’où ils viennent ;
  • Où ils vivent ;
  • Quels sont leurs attentes, leurs valeurs, leurs désirs ;
  • Leurs conflits internes et externes.

Est-ce préférable de toujours préparer des fiches de personnage ?

Lors de l’écriture d’une nouvelle, il ne sera pas nécessaire de décrire en détails les personnages, puisqu’on ne s’attarde qu’à une partie, une tranche de leur vie. Cependant, ce contexte nous laissant peu d’espace pour rendre nos personnages crédibles, il s’avérera utile de jeter quelques idées sur papier afin de délimiter les grandes lignes de leur personnalité et de leur aspect physique.

Lorsqu’on écrit un roman, la fiche de personnage devient à mon avis essentielle. Elle fait partie de ce qu’on doit mettre sur table dès le départ.

Bien sûr, il est possible qu’en cours de route, des personnages imprévus viennent se greffer à notre histoire. Par exemple, alors que l’écriture de mon roman était bien avancée, j’ai lu l’excellent livre de John Truby, Anatomie d’un scénario. Je me suis rendu compte que mon héroïne n’avait pas d’adversaire. Je voulais en créer un, afin de donner encore plus de substance à mon personnage principal.

Par contre, l’ajout de cette nouvelle personne avait de l’impact sur plusieurs chapitres. Mais l’ayant bien décrit, j’ai pu sans problème « saupoudrer » les détails nécessaires pour qu’il puisse exister de façon réaliste.

En conclusion

Les personnages de nos écrits doivent nous devenir aussi familiers que des amis que l’on fréquente.

Pour ma part, je vais vivre tout le temps avec eux, jusqu’à ce que j’ai fini d’écrire mon histoire. Je peux ainsi les connaître au point de savoir instinctivement comment ils vont réagir, parler, agir, et se comporter envers les autres. Cela facilite la rédaction et me permet à tout moment de me replonger dans mon récit.

Plus nos personnages nous sont familiers, plus il sera aisé de les faire évoluer dans les différentes péripéties de nos histoires !

Et vous, comment voyez-vous la création des personnages ?

Madeleine Fortier

Par mon travail et mes écrits, j’ai toujours voulu démontrer que notre destin nous appartient, que nous en sommes les maîtres. Cette volonté a été présente durant mes trente années comme conseillère en transition de carrière, et l’est encore dans toutes mes formations et conférences, autant lorsque je sensibilise des intervenants et des proches aidants à l’usure de compassion que lorsque j’ac[...]

Consulter sa page

3 commentaires

  1. Très intéressant! Moi aussi, j’aime apprendre à bien connaître mes personnages avant de les mettre en scène dans une histoire. Il y en a même qui vivent dans ma tête depuis plusieurs années, je les perçois un peu comme des amis imaginaires! 😉

    Répondre
    • Je suis vraiment d’accord avec vous. Je ne sais pas si c’est de même pour d’autres auteurs, mais il me semble que plus je suis liée, mentalement, psychologiquement, à mes personnages, plus je suis en mesure de savoir intuitivement comment ils vont réagir et agir, je n’ai pas à me poser de questions, ce qui je trouve rend l’écriture encore plus fluide. Je pense que le fait d’aimer et d’apprécier les personnages que l’on crée, quelle que soit leur nature, nous aide à les faire apprécier des lecteurs.

      Répondre
      • C’est vrai! Ça les rend plus réels, et en effet c’est plus facile d’écrire en sachant comment ils vont agir, sans avoir à se questionner. C’est un peu de la magie, quand les idées se forment toutes seules dans nos têtes!

        Répondre

Laisser un commentaire